La revanche des couches lavables sur les couches jetables

Une couche lavable ne contient ni parfum, ni TBT, dioxine ou autre. Les tissus utilisés sont souvent biologiques et/ou certifiés OKOTEX ( Tissus respectant le seuils réglementaires de substances pouvant nuire à la santé).

Enfin, selon l’étude réalisée par Landbank Consultancy pour l’'association Women's Environmental Network (WEN), les couches jetables, par rapport aux couches lavables consomment :
- 3,5 fois plus d'énergie
- 2,3 fois plus d'eau
- 8,3 fois plus de matières premières non renouvelables
- 90 fois plus de matières premières renouvelables
- et génèrent 60 fois plus de déchets solides

Impact sur l'environnement

Même si l'on intègre le budget « lessive », les couches lavables permettent de faire des économies conséquentes puisqu'elles coûtent 600 à 700 euro par an contre 1 500 et 2 000 euro pour les couches jetables.

     Impact sur la santé du bébé 

  • Pas de polyacrylate de sodium ( utilisés dans les couches jetables) interdit en 1985 dans les tampons hygiéniques. 

  • Pas de plastique, soit disant cela nuirait au bon développement et fonctionnement des testicules des bébés garçons 

  • Les couches jetables ne respirent pas, les vapeurs d'ammoniaque (issues de la décomposition de l'urine) ne s'évacuent pas, favorisant les érythèmes fessiers des bébés..

Impact   économique